Quelle est la relation entre la dyslexie et la dysgraphie ?

La dyslexie et la dysgraphie, quelles différences ?

Les étudiants ayant des difficultés en lecture peuvent également éprouver des difficultés en écriture.

La dyslexie et la dysgraphie sont toutes deux des troubles d’apprentissage d’origine neurologique. Toutes deux sont souvent diagnostiquées au début de l’école primaire, mais peuvent passer inaperçues et ne pas être diagnostiquées avant le collège, le lycée, l’âge adulte ou parfois ne jamais être diagnostiquées.

Elles sont toutes deux considérées comme héréditaires et sont diagnostiquées par le biais d’une évaluation qui comprend la collecte d’informations sur les étapes du développement, les performances scolaires et les commentaires des parents et des enseignants. Cliquez ici pour en savoir plus sur la différence entre la dyslexie et la dysgraphie.

Symptômes de la dysgraphie

La dyslexie crée des problèmes de lecture alors que la dysgraphie, également appelée trouble de l’expression écrite, crée des problèmes d’écriture.

Bien qu’une mauvaise écriture ou une écriture illisible soit l’un des signes distinctifs de la dysgraphie, ce trouble de l’apprentissage ne se limite pas à une mauvaise écriture.

Parmi les principaux symptômes de la dysgraphie, on peut citer :

  • Difficulté à tenir ou à saisir un stylo et un crayon
  • Espacement incohérent entre les lettres, les mots et les phrases
  • Utilisation d’un mélange de majuscules et de minuscules et d’un mélange d’écriture cursive et imprimée
  • Une écriture négligée et illisible
  • Se fatigue facilement lorsqu’il s’agit d’écrire
  • Omettre des lettres ou ne pas finir des mots lors de la rédaction
  • Utilisation incohérente ou inexistante de la grammaire

Outre les problèmes d’écriture, les élèves atteints de dysgraphie peuvent avoir du mal à organiser leurs pensées ou à garder la trace des informations qu’ils ont déjà écrites. Ils peuvent travailler si dur pour écrire chaque lettre qu’ils en oublient le sens des mots.

Types de dysgraphie

La dysgraphie est un terme général qui englobe plusieurs types différents :

Dysgraphie dyslexique :

Vitesse motrice fine normale et les élèves sont capables de dessiner ou de copier du matériel, mais l’écriture spontanée est souvent illisible et l’orthographe est mauvaise.

Dysgraphie motrice :

Vitesse de la motricité fine altérée, problèmes d’écriture spontanée et de copie, l’orthographe orale n’est pas altérée mais l’orthographe lorsque l’on écrit peut-être mauvaise.

Dysgraphie spatiale :

La vitesse de la motricité fine est normale, mais l’écriture est illisible, qu’elle soit copiée ou spontanée. Les élèves peuvent épeler lorsqu’on leur demande de le faire à l’oral, mais l’orthographe est médiocre lorsqu’ils écrivent.

Traitement

Comme pour tous les troubles d’apprentissage, la reconnaissance précoce, le diagnostic et les mesures correctives aident les élèves à surmonter certaines des difficultés associées à la dysgraphie et se fondent sur les difficultés spécifiques de chaque élève.

Alors que la dyslexie est traitée principalement par des aménagements, des modifications et des instructions spécifiques sur la conscience phonémique et la phonétique, le traitement de la dysgraphie peut inclure une ergothérapie pour aider à développer la force musculaire et la dextérité et pour augmenter la coordination œil-main.

Ce type de thérapie peut contribuer à améliorer l’écriture ou du moins à l’empêcher de continuer à s’aggraver.

Dans les plus jeunes années, les enfants bénéficient d’un enseignement intensif sur la formation des lettres et l’apprentissage de l’alphabet. L’écriture de lettres avec les yeux fermés s’est également avérée utile.

Comme pour la dyslexie, il a été démontré que les approches multisensorielles de l’apprentissage aident les élèves, en particulier les jeunes élèves qui apprennent à former des lettres. Lorsque les enfants apprennent l’écriture cursive, certains trouvent qu’il est plus facile d’écrire en cursive, car cela résout le problème des espaces incohérents entre les lettres. Comme l’écriture cursive comporte moins de lettres qui peuvent être inversées, comme /b/ et /d/, il est plus difficile de mélanger les lettres.

Suggestions pour les enseignants :

Il existe plusieurs astuces pour aider un enfant dys à l’école, en voici quelques unes :

  • Utiliser du papier avec des lignes en relief pour aider les élèves à écrire plus uniformément et à rester dans les limites des lignes.
  • Demander à l’élève d’utiliser différents stylos ou crayons avec différentes prises pour trouver celui qui lui convient le mieux Permettre à l’élève d’imprimer ou d’utiliser la cursive, selon ce qui lui convient le mieux.
  • Proposez à votre élève des sujets qui sont intéressants et qui l’engageront émotionnellement.
  • Demandez à votre élève de rédiger un premier jet, sans se soucier de la grammaire ou de l’orthographe. Cela lui permet de se concentrer sur la création et la narration.
  • Enseignez l’orthographe et la grammaire séparément de l’écriture.
  • Aidez l’élève à créer un plan avant de commencer à écrire.
  • Travaillez avec votre élève sur le plan car il peut avoir du mal à organiser ses pensées. Divisez les grands projets d’écriture en tâches plus courtes. Par exemple, si vous avez rédigé un plan du projet, demandez à l’élève de se concentrer sur la rédaction d’une seule section du plan à la fois.
  • Si vous devez utiliser des tâches chronométrées, ne comptez pas pour l’orthographe ou la propreté, tant que vous comprenez ce que votre élève veut dire.
  • Créez des activités amusantes pour l’écriture, comme trouver des correspondants dans une autre école et écrire des lettres, créer un bureau de poste dans votre classe et demander aux élèves de s’envoyer des cartes postales, ou tenir un journal sur un sujet favori ou une équipe sportive.